Vu des Quartiers - Journalisme.com header image 2

« Positif City » : faire éclater la bulle entre la banlieue et le monde extérieur

28 février 2008 · 9 commentaires

Flyer Positif City

Nacer Djeridi, c’est presque un « plan banlieue » à lui tout seul. Surfant sur la dynamique du hip-hop, le projet Positif City qu’il a initié - une Web TV pour les banlieues - est à bien des égards innovant… Et surtout porteur d’espoir pour les jeunes tant sur le plan multiculturel, éducatif que socioprofessionnel.

Pour enfin arrêter les plans galère de toute une jeunesse qui ne croit plus en rien.

Depuis trois ans, Nacer Djeridi se démène comme un beau diable en sillonnant la France. Ce trentenaire bourré d’énergie s’est donné une mission : mener à bien son projet « Positif City » avec l’association « Les2Bulles ». Une web TV à 1 million d’euros pour les banlieues.

Tout est parti de sa propre histoire personnelle. « De ma naissance à St Pierre les Nemours (77) jusqu’à mes 18 ans, explique Nacer, jusque là, tout allait bien : je vivais dans le cocon familial ». Mais en 1995, changement de cap : « mon père décide de rentrer en Tunisie pour prendre sa retraite et m’embarque dans le même temps avec lui ». Exit l’environnement de la banlieue.

Un an plus tard, retour en France. Avec un tout autre regard… « La découverte de la Tunisie m’a permis de faire une expérience positive,

Nacer Djeridi

raconte Nacer à la fois mi-grave et mi-enjoué : lorsque je suis revenu en France, je ne désirais pas m’installer dans une nouvelle banlieue

mais, par la force des chose, j’y suis revenu… avec un regard neuf. J’ai constaté qu’il existe vraiment deux bulles : l’une étant la banlieue en elle-même , et l’autre, le monde qui lui est extérieur ; ce qui explique les problèmes de 2005 (ndlr : les émeutes en banlieue) ».

Le « monde extérieur » a laissé tomber ces jeunes
Pourquoi ?

« La grande majorité de ces jeunes ont aujourd’hui une image complètement négative du monde extérieur qui les a totalement laissé tomber. Parce que ça fait des années voire des décennies que ça dure, et ça se lègue des plus vieux aux jeunes… qui sont aujourd’hui complètement perdus. Ils ont baissé les bras et préfèrent se tourner vers des activités plus « faciles »… Quel gâchis pour tout le monde, alors que ces jeunes ne demandent qu’à être vraiment aidés pour vraiment s’en sortir. D’autant que beaucoup fourmillent d’idées et de projets en tous genres ».

Nacer n’invente rien, il l’a vécu et continue de le vivre en partie. Ainsi, de retour dans sa cité « le mont Saint-Martin » (Nemours), il retrouve ses amis d’enfance qui ont démarré en même temps que lui dans le monde du hip-hop. « Leur art a beaucoup progressé mais ils ont toujours autant de difficulté à se produire ou être produits », constate t-il.

Un autre déclic sera déterminant : « la couverture médiatique des événements de 2005… Là, je décide qu’il est vraiment temps de démontrer ’existence du positif de ces mêmes banlieues, explique Nacer. Et de multiplier les exemples : « dans les cités, je vois une multitude d’artistes qui s’expriment dans des domaines multiculturels.

Dans toutes les banlieues où j’ai vécu, il existe un potentiel énorme d’éléments et d’événements positifs qui n’est pas exploité. Dans le même temps, quand je regarde les équipements collectifs de ces quartiers, je constate qu’il n’existe que très très peu de lieux voués à la promotion de la culture hip-hop ». Plus déterminé que jamais, Nacer décide donc « d’apporter de la lumière, là où, il y a encore de l’ombre ».

Une Web TV pour montrer les talents cachés

Mais comment donner un sérieux coup de projecteur sur une situation complexe à multiples facettes ?

«A défaut de pouvoir créer une émission de télévision diffusée sur les grandes chaînes -faut pas rêver-, je me suis dit que je pouvais concevoir ce même projet dans le cadre d’une émission de télévision diffusée sur Internet ». Autrement dit une Web TV, un concept aujourd’hui qui explose avec le la généralisation du haut débit. Une Web TV qui émettra quasi en permanence, y compris en direct, avec plusieurs chaînes thématiques et une grille complète de programmes à la fois multiculturels, éducatifs et socioprofessionnels pour favoriser l’intégration des jeunes dans le monde économique.

« Parallèlement aux artistes et pas seulement de hip-hop, il existe, dans toutes les banlieues, beaucoup de talents cachés y compris sur le plan économique, développe Nacer. Mon projet est de fédérer tout ce potentiel, cette énergie débordante aux ressources multiples en les aidant à sortir de l’ombre ».

Ainsi est donc né le projet « Positif City ». Sa vocation : « créer des événements multiculturels et socioprofessionnels dans le but d’apporter du positif aux êtres humains et peut être ensemble trouver le positif de chacun ».

Sur le papier, le projet tient la route. « C’est un concept fou, reconnaît lui-même Nacer, mais aussi très réfléchi… Surtout, il est porteur d’espoir pour tous les jeunes de banlieue ». Ce qui suppose en tout cas un vrai « business plan », une stratégie d’enfer, des soutiens, des partenaires, des moyens… Autant dire la « galère »… Mais le projet avance bien, quoi qu’évidemment pas assez vite…

Déjà un site vitrine et une ligne de fringues

Déjà, Positif City dispose d’un site vitrine (Positif city) hébergé gratuitement sur les serveurs de la société Idéal Production à Sens (89). « Cette entreprise a été la première à m’avoir soutenu, souligne Nacer. Avec un professionnalisme des plus chaleureux autour de ses responsables Maurice Bouchentouf et Pascal Pompon et de toute l’équipe (13 personnes) ».

Par ailleurs, pour assurer la promotion et le financement (un peu) du projet, Nacer a lancé une ligne de vêtements griffés « Positif City » : T-shirts, shorts, tongs, sacs à mains… coupes vent. Avec commercialisation via une boutique en ligne sur eBay. Une demande va également être déposée auprès des enseignes de la grande distribution pour diffuser cette ligne de vêtements. Un soutien logistique est aussi apporté par la coopérative d’intérêt collectif « Escale Création » à Saint-Fons (Lyon), dont l’un des créateurs est Jacques Louvat.

Pour Nacer, c’est l’une des premières personnes ressource de son projet… Jacques et Nacer se sont rencontrés dès 2005 à l’arrivée de ce dernier sur Lyon. Voilà un an, pour porter le projet Positif City, les deux hommes ont créé l’association « Les2Bulles ».

Elle a deux principaux objectifs : créer un programme diffusé sur la Web TV de Positif City avec un couloir de communication entre monde de la banlieue/monde extérieur, et instaurer un débat interactif entre les communes pour partager leurs idées et projets (économique, social, insertion, logement…).

Soutien de l’association « Des Souvenirs pour Tous »

Autre soutien fort pour « Positif City » : Guy Daniel Balard, footballeur professionnel et président de l’association lyonnaise « Des Souvenirs pour Tous ». Elle regroupe, une majorité de jeunes sportifs et une dizaine de champions : les footballeurs pros Patrick Vieira, Frédéric Kanouté, Christian Bassila, Joseph-DésiréJob… mais aussi Yannick Noah et d’autres athlètes.

« Notre rôle est d’aider et de sensibiliser les jeunes de banlieue -dont nous sommes tous nous-mêmes issus- aux problèmes de la société et à ceux du sport de haut niveau”, explique Guy Daniel Balard.

Nacer - Jacques Attali

Pour leur permettre de réussir plus facilement, « nous mettons à leur disposition notre notoriété et expérience. Tout en jouant la courroie de transmission entre ces jeunes, les pouvoirs publics et les sociétés partenaires susceptibles de les recruter. Car force est de reconnaître qu’il reste énormément de choses à faire pour ces jeunes ».

Le 24 mai prochain, toujours en lien avec Positif City, l’association organise une grande manifestation pédagogique, multiculturelle et sportive à la Plaine des Jeux de Gerland (Lyon). Au programme : un grand tournoi de football avec des « icônes » du sport, de nombreux stands pédagogiques (Croix Rouge, Police Nationale, TCL (Transport en commun lyonnais), SidAction, SOS Racisme), des spectacles de hip-hop. Bernard Laporte, secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, devrait être présent à l’événement…

Une souscription est ouverte

Restent tous les autres « jokers » en cours. Nacer multiplie les contacts : Jacques Attali (il lui a remis le projet en main propre), Luc Besson (futur parrain de Positif City ? La demande est sur son bureau), Djamel Debbouze (en attente de réponse…), les acteurs Vincent Cassel et Mouss Diouf, etc.

En attendant, la souscription est ouverte pour Positif City dont le sous titre est « Passe le mot, Passe le flot ». Pour mener à bien le projet et être à la hauteur de ses espérances, le projet a besoin d’être financé. “Si 1 million de personnes nous suit, cela nous fera 1 million d’euros… C’est le budget qu’il faut pour lancer Positif City”, conclut Nacer.

___________________________________
Citoyen/Reporter : Nacer Djeridi - Journaliste : Luc Emeriau

Luc Emeriau

Sur le même thème

Catégorie(s) : Portraits · Street culture · témoignages

9 réponses pour le moment ↓

  • 1 Anissa // 29 février 2008 à 15:26

    Positif City semble être un projet intérréssant. J’irais même jusqu’à dire que Nacer Djeridi a soulevé un point très sensible qu’aucun homme politique n’a su résoudre jusqu’ici. Comme le dit si bien l’article, il méne un plan banlieu à lui tout seul…Alors, pour aider Nacer à sortir les jeunes des banlieus et leur donner une vision plus positif du monde extérieur “Passe le mot, passe le flot”!!!! …. :-)

  • 2 djeridi nacer // 14 mai 2008 à 14:27

    bonjour a tous ce concept est le fruit des miseres que les deuxbulles mon fait vivre et pour vous donner quelques exemples un court métrage
    mi-ange mi-démon sera disponible sur notre site
    très cordialement
    Djeridi Nacer

  • 3 payard thierry // 5 décembre 2008 à 23:16

    Bonjour Nacer,
    Continue ton combat je reste persuadé que tu concretrisera ton reve je suis de tout coeur avec toi depuis le debut de ton reve .

    tres amicalement quelqu’un qui crois en toi

    Bravo

    Thierry.

  • 4 AMARA // 23 décembre 2008 à 20:23

    Positf city est un projet porteur d’espoir com le di l’article à tous les gens de banlieux jme m’identifie dans ce projet par conséquent par la mesure du possible je te soutien nacer et je m’engage à monter un projet publicité

  • 5 payard thierry // 21 avril 2009 à 1:11

    la perseverence recompence toujours les audacieux et les courageux comme toi continu ton combat la vie te remerciera

    thierry

  • 6 payard thierry // 23 mai 2009 à 23:13

    Slt Nacer,

    Les talents sont la ou tu les cherches les cités en sont garnit il n’y as pas de frontiere entre departements mets les en lumiere comme tu sais le faire quel exemple a suivre bravo mec

    amicalement

    Thierry.

  • 7 payard // 14 novembre 2014 à 14:51

    salut nacer
    Alors ou en est tu ? aujourd’hui

  • 8 nacer // 15 juillet 2015 à 0:39

    Suivez actualite 2015

    http://Www.positifcity.com

  • 9 Hanène // 11 juillet 2016 à 23:30

    J’ai rencontré l’homme de ma vie grâce à Positif City.
    Je t’aime Nacer Djeridi.

Laisser un commentaire

*
Pour prouver que vous n etes pas un robot-spammeur, recopiez le mot de securite ci-dessous. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word